Intelligences Artificielles, quel impact sur notre société ?

Jérôme Berthier Head of Artifical Intelligence and Business Intelligence, Head of Innovation Lab at ELCA

29.11.2018

Entre a priori et conspirations, l’intelligence artificielle est plus que jamais sur le devant de la scène. En tant que chef de l’Innovation Lab et Head of Artificial Intelligence and Business Intelligence chez ELCA, Jérôme Berthier nous livre sa vision d’expert sur le sujet.

by Jérôme Berthier
Head of Artificial Intelligence and Business Intelligence, Head of Innovation Lab at ELCA

L’Intelligence Artificielle est sur toutes les lèvres mais malheureusement avec plus ou moins de compréhension ayant pour conséquence soit de l’accuser de tous les maux, soit de lui faire un procès d’intention. Toutefois, en toute objectivité, il est vrai que l’IA a et va avoir un impact sur notre société en termes d’emploi, d’économie, d’écologie, d’éducation, etc. Afin de mieux comprendre quels vont être ces impacts, il est important d’avoir une vision commune de l’IA.

Ne pas confondre IA faible et IA forte

La plupart des « légendes urbaines » autour de l’IA proviennent principalement de la confusion que fait le grand public entre l’IA faible et l’IA forte. L’IA faible est l’automatisation et la simplification de nos tâches courantes alors que l’IA forte représente ce que certains craignent ou subliment comme la possibilité pour un robot de générer une conscience ou des sentiments. Si l’IA faible est actuellement déjà utilisée, l’IA forte ne reste qu’un fantasme. Les plus grands scientifiques en neuroscience sont d’accord pour dire que nous ne connaissons quasiment rien du fonctionnement du cerveau humain, alors de là à l’égaler, le dépasser et atteindre la   « singularité » … Par contre, l’IA faible a déjà fait son introduction dans notre quotidien depuis longtemps sans que nous nous en rendions compte (les anti-spam par exemple). Ses premiers pas datent des années 50 (test de Turing), 1970 pour les premiers modèles NLP (Natural Language Processing). Il aura fallu attendre l’explosion des technologies hardware pour gagner en capacité de stockage et de calcul et la miniaturisation pour permettre d’intégrer ces technologies dans les appareils du quotidien créant de la donnée numérique. Car bien que nos algorithmes en Machine Learning soient de plus en plus performants, ils sont très gourmands et il faut les alimenter en données. Aujourd’hui, nous parlons de plus en plus de l’IA car ses applications sont nettement plus visibles avec l’arrivée des chatbots, des voitures autonomes, etc. Mais quel impact sur notre société ?

Les peurs liées à l'IA

La plus grande peur de l’arrivée d’une automatisation massive de nos processus est sans doute l’employabilité. Cette crainte légitime est ressentie dans toutes les catégories socio-professionnelles. Les véhicules autonomes vont impacter les métiers de chauffeurs (livreur, taxi, …), les chatbots ceux de callcenter, les supermarchés autonomes (comme celui d’Amazon) ceux de caissiers, les reconnaissances d’images ceux de radiologue, etc. Mais en parallèle la demande en expertise IT n’a jamais été aussi forte et il y a une vraie pénurie d’informaticiens. Toutefois il faut être conscient que, comme lors de la révolution industrielle, la mutation professionnelle causée par cette révolution numérique ne sera pas si simple et immédiate et que certaines personnes resteront sur le bas-côté, d’où l’importance d’une prise conscience collective pour éviter au maximum ce phénomène au plus vite. En effet, aujourd’hui l’arrivée de l’IA ne détruit pas d’emploi mais pallie à un manque de couverture de services : des call centers submergés qui n’arrivent pas à prendre tous les appels, des couvertures de services 24/7 trop onéreuses pour être proposées, des réactivités pour la prise en charge de problèmes dans les services desk trop longues… De plus, les données n’étant pas assez complètes et les avancées technologiques pas encore totalement abouties, on ne peut encore se passer d’intervention humaine. Profitons donc de ce temps pour amorcer cette mutation professionnelle inévitable. Une autre crainte est la surveillance massive avec le tout connecté, les cyber-attaques et l’utilisation abusive de données personnelles. Là encore nous sommes au balbutiement et des initiatives, même controversées, comme la GDPR, vont permettre une prise de conscience de l’utilisateur car les états ne pourront pas régler le problème seul. Les utilisateurs doivent prendre conscience de l’impact de leur comportement sur les réseaux sociaux, les sites web…

En conclusion, nous ne pouvons pas ignorer que l’IA va bouleverser notre quotidien avec des mutations importantes mais je ne pense pas à l’image des scénarios catastrophes avancés par ces détracteurs où l’IA remplacerait l’homme voir jusqu’à le supprimer. Apprenons à maîtriser cette nouvelle technologie plutôt qu’à la craindre car les chercheurs, les informaticiens, les mathématiciens,… n’ont aucun intérêt à reproduire l’être humain alors qu’ils ont le champ libre pour créer autre chose, un complément, qui permettrait à l’humanité d’évoluer et de créer un nouveau monde, plus transparent, plus respectueux et plus sûr…

En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies ou technologies similaires ayant pour finalité la réalisation de statistiques de visites sur notre site (tests et mesures d'audience, de fréquentation, de navigation, de performance), mais également de vous proposer des contenus et annonces ciblés et adaptés à vos centres d'intérêt.

Nos cookies ont été mis à jour. N'hésitez pas à mettre à jour vos préférences.

fermer
save

Gérer vos préférences cookies

Mettre à jour vos préférences cookies

Vous pouvez vous informer sur la nature des cookies déposés, les accepter ou les refuser soit globalement pour l'ensemble du site et l'ensemble des services, soit service par service.

OK, tout accepter

Connaissance du visiteur

Ces cookies sont utilisés pour suivre les visiteurs sur les sites Internet.

Ils doivent nous permettre d’offrir à nos visiteurs identifiés davantage de contenus pertinents et ciblés (ClickDimensions) et d’afficher des publicités susceptibles d’intéresser les utilisateurs (Facebook Pixels).

 

Nouveau

Outils de partage

Les cookies de médias sociaux permettent de partager des contenus sur vos réseaux préférés.

(ShareThis)

Nouveau

Flux de visiteur

Ces cookies nous offrent un aperçu des sources de trafic et nous permettent de mieux comprendre nos visiteurs, tout en garantissant leur anonymat.

(Google Analytics et CrazyEggs)

Nouveau
Pour plus d'informations relatives à la protection de données, cliquez ici.