Avec la BFH et l’USZ, ELCA a développé l’application Ally pour les personnes souffrant d’allergies

ELCA a développé l’application Ally, qui est au cœur de la plus importante étude scientifique suisse concernant les allergies au pollen.

En Suisse, plus de deux millions de personnes souffrent d’allergies et doivent veiller, quotidiennement, à éviter les contacts avec les allergènes qui pourraient déclencher une crise. Mais comment éviter les pollens qui sont partout ?

La Haute école spécialisée bernoise (BFH) et l’hôpital universitaire de Zurich (USZ) ont lancé la plus grande étude suisse sur les allergies polliniques. L’élément principal de cette étude est l’application Ally, développée par ELCA, et lancée le 24 avril 2018(www.allyscience.ch). ELCA a été le partenaire technologique pour le développement de cette application capable de détecter les conditions environnementales néfastes aux personnes souffrant d’allergies et en même temps de collecter des données afin d’améliorer les traitements.

 

L’expérience utilisateur est essentielle au succès d’une telle application. Son emploi doit en effet être très simple, sans formation préalable, et la saisie des symptômes doit être très rapide pour encourager les gens à participer. Le printemps étant la haute saison pour des pollens et le projet n’ayant été lancé que début 2018, il était important d’avoir un délai de mise sur le marché très court. L’application a été développée sur la base d'une technologie multiplateforme : une seule application pour tous les appareils et tous les systèmes d’exploitation.

Ally est disponible dans les quatre langues suisses ainsi qu’en anglais, et son emploi est très intuitif. Les utilisateurs inscrits obtiennent un pronostic de pollinisation et de plus amples informations sur leur allergie. Les données des participants sont collectées et cryptées puis stockées sur la plateforme MIDATA hautement sécurisée.

 

MIDATA est une institution coopérative à but non lucratif cofondée par Ernst Hafen, professeur à l’EPFZ. Chaque patient décide lui-même si et par qui ses données peuvent être utilisées anonymement à des fins de recherche scientifique (sachant bien entendu qu’un nombre élevé de participants permettra d’établir une meilleure base de données et ainsi d’apporter une aide mieux ciblée aux personnes souffrant d’allergies).

 

Les données collectées contribuentt à améliorer les systèmes d’alerte précoce ainsi qu’à optimiser les traitements : dans quelle région la concentration de pollens est-elle la plus importante ? Où le taux de poussières fines est-il élevé aujourd’hui? Quelles sont les prévisions météo ? METEO, également partenaire de ce projet pluridisciplinaire, fournit les cartes de prévision des concentrations de pollen.

 

Si une personne allergique remplit son "journal personnel d'allergie" avec les données concernant son état de santé quotidien, une carte sera établie, indiquant la corrélation entre les symptômes et la météo ou d’autres conditions environnementales. Ceci peut aider à prévoir les crises personnelles et à générer de nouvelles informations permettant d’améliorer les traitements.